Bienvenue sur le site de Heidi’s friends

« Heidi’s friends » est une association à but non lucratif qui vise à soutenir à long terme les victimes des zones sinistrées (Nord-Est du Japon) suite au tremblement de terre* du 11 mars 2011. (*séisme, tsunami et accident nucléaire de Fukushima)

Le peuple suisse a apporté son soutien et fait preuve de solidarité envers le Japon dès le lendemain du tremblement de terre. Nous pensons qu’il est toujours possible d’encourager les sinistrés, en leur témoignant notre soutien par la mise en place d’actions concrètes.

Nous vous remercions d’avance pour votre précieuse collaboration et soutien.

Lausanne, juillet 2011, Heidi’s friends le comité

 

News

Deux ans après la catastrophe du 11 mars 2011.  Près de 19'000 décès et disparus suite au gigantesque séisme et tsunami dans la région du Tohoku. Ce terrible tsunami a également provoqué la catastrophe nucléaire de Fukushima. Deux ans après la catastrophe, environ 315'000 personnes vivent toujours en habitat provisoire.   Aujourd’hui, nous pensons particulièrement aux familles des victimes ainsi qu’aux sinistrés habitant des logements provisoires et ayant toujours un avenir incertain.  (Bilan officiel de ce jour : 15581  morts et 2668  disparus)      Le 11.03.2013 / YKS

La présidente de l’association retournera à Higashimatsuhima, Ishinomaki (une des régions les plus touchées par le tsunami) et Fukushima au début de janvier 2013. (Veuillez-voir notre projet 1). Nous vous remercions d’avance pour votre précieux soutien.

 En mai 2012, le nouveau projet "Birtday Card from Switzerland" a débuté.

Depuis 11 mars 2011

Septembre 2011:

Six mois ont passé depuis la catastrophe du 11 mars. Aujourd’hui beaucoup de victimes vivent encore dans les centres de refugiés, ainsi le 31 août courant, 3711 victimes du tsunami habitaient encore dans les 138 refuges de la préfecture de Miyagi. En ce qui concerne les victimes de l’accident nucléaire, le 2 septembre 2011, 4449 victimes vivaient encore dans les centres de réfugiés à Fukushima et 51576 personnes en dehors de Fukushima. De nombreux sinistrés sont aujourd’hui logés dans des habitations provisoires, souvent mal isolées pour faire face à l’hiver.

Tout de suite après la catastrophe, les victimes avaient besoin de produits de première nécessité. Aujourd’hui, 6 mois après, nous ne souhaitons pas acheminer ce genre de denrées mais plutôt des produits permettant d’égayer, d’adoucir et peut-être d’encourager les sinistrés souffrant souvent de stress, de solitude et d’inquiétude face à leur avenir.

Comment l’association Heidi’s friends est-elle née ?

Depuis le tremblement de terre du 11 mars 2011, j’ai entrepris plusieurs démarches qui ont abouti à la naissance de l’association Heidi’s Friends. J’ai, dans un premier temps, étant psychologue de formation, animé un séminaire pour les japonais habitant à Genève sur la thématique des catastrophes et du stress lié à ces phénomènes. Cependant, voulant absolument me rendre au Japon, j’ai entrepris un voyage du 1er au 12 mai, afin de rendre visite à ma famille dans la préfecture de Fukushima mais également pour faire du bénévolat sur place. À Fukushima, j’ai pu pour la première fois me confronter à la réalité sur le terrain et recueillir le témoignage de plusieurs personnes dont certains m’ont particulièrement marqués.

Pendant ce séjour, je me suis rendue dans deux centres pour réfugiés. Les individus s’y trouvant ont été victimes soit du tremblement de terre soit de l’accident nucléaire et ont dû abandonner leurs maisons. Ils « habitent » donc pour la plupart dans ces refuges pour un temps incertain. Dans un des deux centres (à ce jour, environ 1200 personnes s’y réfugient) une salle était spécialement réservée aux femmes afin de leur permettre d’avoir un peu d’intimité. J’ai passé un moment à discuter et à tenter d’encourager ces femmes qui m’ont parlé de leur inquiétude face à la situation actuelle et future. Je me suis finalement rendue dans un deuxième centre, « logeant » centaines de personnes et j’y ai participé à la distribution des repas du soir pendant trois nuits. Cette expérience m’a permis de me rendre compte des conditions de vie difficiles voir insupportable des réfugiés.

En rentrant en Suisse, je me suis rendue compte que je souhaitais ardemment soutenir les victimes de la catastrophe et particulièrement les personnes ayant tout perdu à cause du tsunami dans la préfecture de Miyagi, ou encore les enfants qui ont subi l’accident nucléaire de Fukushima.

Tout ce chemin parcouru depuis mars 2011, a réellement influencé la création de Heidi’s friends, association nous permettant grâce à votre soutien d’amener une aide ciblée aux victimes japonaises.

Yuko K. Spitteler

A la fin du mois de mars dernier, j'ai participé, au marché de Vevey, à une collecte organisée pour les victimes des catastrophes du 11 mars. Au printemps, un collège privé de la région lausannoise a monté un projet consistant à inviter deux collégiens de la ville de Késénuma dévastée par le tsunami, pour un camp de vacances en Suisse. Ce projet à en partie été financé par des dons récoltés pendant un concert de charité organisé par des musiciens japonais en avril, mais également par une vente d'aliments japonais organisée par plusieurs personnes dont moi-même. Les deux collégiens invités ont donc participé à un camp d'été pendant trois semaines de mi-juillet à début août et ont ensuite passé quelques jours agréables chez nous. C'est en entendant les témoignages de différents bénévoles suisses ou japonais, lors de plusieurs manifestations de soutien tenues en Suisse que j'ai ressenti le besoin de soutenir les victimes à long terme. J'ai ainsi décidé de participer activement la création de cette nouvelle association.

Eri F. Baudet

Fondatrices de l’association Heidi’s friends

Yuko K. Spitteler
Eri F. Baudet

••••••